Tina is the man

Publié: 12 décembre 2008 dans Humour, Magazines, Unibrow
Tags:,

La meilleure image du cover que j'ai trouvée

Quand j’ai vu la couverture du dernier Vanity Fair, je me suis pitchée dessus. Littéralement. Je trouvais le concept génial, et j’aime bien Tina Fey (pour ceux qui ne sont pas au courant, elle écrit pour Saturday Night Live, où son imitation de Sarah Palin a littéralement fait exploser la baraque. Comme le dit un journaliste : « Tina Fey is the campaign. ») Fey est aussi l’auteure du scénario de Mean Girls, un film d’ado à l’humour acéré et intelligent, qui met en vedette Lindsay Lohan avec un look sublime pré-régime et bleach. Fey y incarne d’ailleurs une institutrice intransigeante, jupe tailleur et lunettes à l’appui (Messieurs, veuillez terminez de lire cet article avant de vous garrocher au club vidéo). Et, je ne le savais pas avant, mais elle est également la scénariste et interprète d’une série américaine qui a fait un tabac aux Emmys, 30 Rock. Il va falloir que je regarde ça et que je vous en donne des nouvelles.

C’était la première fois que j’achetais le Vanity Fair. Quand je l’ai ouvert, j’ai été agréablement surprise de constater qu’il ne s’agissait pas d’un magazine où les articles portaient sur les nouvelles nuances de vernis à ongles ou la couleur des bas de Barack Obama (mais comme j’avais vraiment envie d’une revue mode-potins, je vais être obligée de retourner m’acheter le Elle Québec). J’ai entre autres lu un texte qui analyse les signes avant-coureurs de la crise économique, ce qui était très informatif quoique compliqué pour moi qui ne connaît rien en économie, surtout expliquée en termes anglos. Alors j’avais de grandes attentes envers le portrait de Tina.

DÉCEPTION! Je crois bien avoir eu affaire à tous les clichés du genre : l’article s’ouvre sur un sous-entendu croustillant du mari de Tina, que la journaliste laisse en suspens pendant deux colonnes avant de daigner satisfaire ma curiosité. Eh bien, sachez que la pire chose qu’il a faite dans son existence, c’est aller aux danseuses. Avec la totale désapprobation de sa femme. Entre-temps, j’ai appris comment Tina était vêtue, où elle était assise, comment elle avait rencontré son mari, le nom de sa fille, et j’ai eu droit à la description de sa manière de manger des biscuits soda et du fromage (alors que la journaliste et le mari se farcissaient des martinis). Dans le reste de l’article, j’ai lu des louanges accordées à son égard par diverses personnes du monde du show-business, mais surtout comment un régime et un changement de garde-robe ont garanti du temps d’antenne à Tina et ont pavé son chemin vers la gloire. Ah mon Dieu qu’elle faisait dur avant et maintenant, c’est une parfaite femme glamour qui ne craint pas de porter des tops décolletés (même si elle n’a presque plus rien à mettre dedans).

Mais le pire, c’est l’importance que la journaliste a accordée aux origines de l’auteure et actrice : elle est mi-Grecque, mi-Allemande. J’imagine que vous me voyez venir : du côté grec vient la disgrâce physique qu’elle a heureusement réussi à surmonter. Des seins et des fesses, quelle horreur! Et surtout un énorme unibrow, sourcil unique si vous préférez, qu’il a fallu épiler au plus vite. En plus, elle hérite de ses ancêtres allemands sa volonté de fer, son travail acharné et surtout, ses règles de conduite qui font d’elle un être irréprochable. Elle ne fume pas, ne boit pas, ne consomme pas de drogue et interdit à quiconque de la regarder trop longtemps, précisant qu’elle est mariée. Une vraie sainte. C’est pas mêlant, à lire cet article, Tina Fey a l’air plus straight que Sarah Palin en personne.

Tout ça est peut-être vrai, mais je n’en ai rien à foutre. Fey est une auteure intelligente, parfois démoniaque, et elle méritait un portrait plus en profondeur qui ne s’appuie pas sur le déterminisme racial. Je trouve toujours le concept de la couverture extra, et j’adore la petite citation qui y est reproduite : « Annie is going to photograph my soul, right? »

Ma photo préférée de Tina. Après ça, venez me dire que c’est une sainte-nitouche!

Tina

Publicités
commentaires
  1. Je suis abonnée à Vanity Fair, comme tu dis, ça fait plus intello que Elle, mais parfois, c’est shocking de frivolités…Le premier numéro que j’ai reçu était trop succulent : une histoire de gouverneur américain qui trompait sa femme, sa femme allait l’espionner en grimpant dans les arbres et tout, un bonheur.

    J’adore la picture de miss Fey! Et 30 Rock a gagné plein de prix et j’essaie d’aimer (il y a un Baldwin en plus dans la distribution), mais bof…tu m’en donneras des nouvelles anyway ok. As-tu déjà écouté Véronica Mars, je pense que ça, ça pourrait être une série parfaite pour toi espèce de folle excentrique!

  2. Maman dit :

    Tu m’apporteras ta copie du VF?

  3. Aimée V. dit :

    Bien sûr, je l’ai presque fini, il y a d’autres articles intéressants quand même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s