La poésie transfère à Berri

Publié: 9 février 2009 dans Édito, Poésie
Tags:

« Il neige en moi. Il bourrasque… / Le sang la sève chantent en moi le souffle / L’incantation de la vie / Il neige. »

Je vous cite ici de mémoire (d’où le verbe en italiques) quelques lignes d’un poème d’Yves Préfontaine qu’on pouvait lire dans le métro aujourd’hui sur les petits afficheurs de train qui nous présentent depuis plusieurs années déjà La poésie prend le métro. Vous savez tous que j’adore la poésie; j’en lis, j’en écris et, fait encore plus rare, j’en achète. Or, dès que je vois l’annonce de la rubrique La poésie prend le métro, je détourne la tête. Ces temps-ci, ils ont une nouvelle marotte. Vous l’aurez peut-être deviné si vous êtes fin analyste : il y a un thème, c’est-à-dire les saisons.

Loin de moi l’idée d’élitisme qui voudrait éloigner la poésie de la plèbe incapable de la comprendre. Je suis tout à fait pour la démocratisation du poème, et pour que les gens y voient quelque chose à ressentir davantage qu’à comprendre, quelque chose d’ouvert et d’accueillant plutôt que de fermé et d’autotélique. Vœux pieux, je le sais, mais il ne faut pas pour autant baisser les bras. Je pense toutefois qu’il faut quand même prendre le temps d’analyser le public cible et les moyens que l’on utilise pour tenter de la faire découvrir à quelques personnes. Diffuser quelques lignes d’un poème, sans égard pour le sens qui se construit par rapport à l’ensemble du texte, à l’heure de pointe, dans des trains bondés, ce n’est peut-être pas l’idéal. Mais le pire, c’est la sélection de ces mots.

Le problème réside-t-il justement dans le fait que les extraits soient pris hors contexte? Parce que tout ce qu’on peut lire comme poésie dans le métro est d’une insipidité incroyable. J’ai déjà vu une citation du premier recueil de Danny Plourde, Vers quelque, que j’avais beaucoup aimé (mais j’ai encore préféré son deuxième, Calme aurore). Je ne sais pas comment ils ont fait leur compte, mais ils ont réussi à choisir les quatre seules lignes quétaines du livre (encore une fois, c’était peut-être qu’elles étaient trop hors contexte.) On enchaîne les lieux communs, les images convenues qu’on a déjà lus cent fois. Est-ce que c’est vraiment ce que les gens ont le goût de lire, ce qui expliquerait pourquoi on lui ressert tout ça à la même sauce, ou on croit que c’est la seule chose que les gens sont capables d’apprécier?

Et souvent, les recueils dont on tire ces extraits sont publiés dans les grandes maisons d’édition de poésie québécoises, comme l’Hexagone ou encore les Herbes rouges, ce qui contribue à me faire apprécier encore davantage les petites maisons indépendantes qui prennent des risques, comme Le Quartanier, ma préférée. (C’est d’ailleurs pour moi un chagrin immense que de devoir m’avouer que je ne cadre pas du tout dans leur ligne éditoriale point de vue poésie en prose.) J’ai adoré Steve McQueen (mon amoureux) et je serai éternellement jalouse et admirative envers Renée Gagnon pour ce titre fabuleux. J’aime aussi beaucoup les Poètes de brousse, qui publient notamment Véronique Cyr.

Enfin, si vous voulez lire de la poésie, sortez du tunnel, écrivez-moi et je vous ferai des suggestions!

Publicités
commentaires
  1. Maman dit :

    Ce qu’on connaît bien est toujours rassurant. Aller dans l’inédit en poésie, ça pourrait en effrayer plusieurs! En tout cas tu me donnes envie de connaître Renée Gagnon, je vais m’y mettre!

  2. Aimée V. dit :

    Oui, essaie le recueil dont j’ai parlé, parce que son premier, il est assez ardu.

  3. Maman dit :

    Dans le fond, peut-être que les gens dans le métro aiment bien lire des textes ressemblant à leurs poèmes d’adolescents… ça leur permet sans doute de penser qu’ils auraient « pu » devenir poètes eux aussi!

  4. loonustoonus dit :

    Je trouve aussi que les extraits de poésie dans le métro sont pas mal quétaines !

    Contente de voir que je t’ai remis un peu à l’ordre en me plaignant de ton faible débit d’écriture sur ton blogue lol

  5. Aimée V. dit :

    Bientôt à venir… j’attends que la semaine finisse… les pires phrases que j’ai écrites depuis que je suis retournée au sous-titrage!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s