Le chaînon manquant entre Star Trek et le ballet classique

Publié: 27 mai 2009 dans Édito
Tags:, , ,

Hier, je suis allée voir Star Trek. Eh oui! Je suis probablement la seule fille au monde à réunir les conditions suivantes:

– Vouloir aller voir Star Trek alors que son chum est pas du tout intéressé

– Supplier (presque) son père d’y aller avec elle

– Se faire poser un lapin par son père qui y va un autre soir avec son ami en fin de compte (bon, faut dire à sa décharge qu’il avait une bonne excuse, mais quand même! Faire ça à sa propre fille!)

Enfin, j’ai réussi à y aller avec un très bon ami à moi, donc pas de problème, je suis super contente et j’ai passé une belle soirée. Mais pourquoi tout cet acharnement alors que je ne suis pas vraiment une trekkie (j’ai vu un film au complet, je pense, et peut-être quelques épisodes) et que j’aime bien la science-fiction, mais que je ne suis vraiment pas une grande consommatrice de livres ou de séries télévisées de sci-fi. Plutôt de films. Pourquoi?

La réponse? C’est l’espace. J’ai toujours été fascinée par les histoires qui se déroulaient dans des vaisseaux spatiaux. Quand j’étais petite, Star Wars était mon film préféré, je le connais par coeur, la princesse Leia était mon role model dans les relations avec les hommes (i.e. les insulter le plus possible). Que ce soit des comédies comme Dans une galaxie près de chez vous, Galaxy Quest, ou encore des films comme Sunshine de Danny Boyle, 2001… j’aime ça, j’embarque complètement et, comme une petite fille, je m’imagine faisant partie de l’équipage, etc. Plus jeune, j’ai même commencé à écrire un récit pour ados qui se déroulait dans l’espace. Les péripéties étaient super poches, mais les personnages et les dialogues étaient quand même cool (selon moi!)

Hier, je réfléchissais à ça en regardant le jeune capitaine Kirk qui est vraiment trop beau bonhomme pour être sérieusement associé à William Shatner, et le Dr McCoy qui est, lui, d’une ressemblance frappante avec le Dr McCoy d’avant (je sais pas son nom, j’ai pas le goût de regarder sur imdb :p ) Bref. Je pense que mon attirance pour l’espace part du même endroit que ma passion pour le ballet classique.

Ne riez pas, n’arrêtez pas de lire. Je vais vous expliquer. Au cours de ma maîtrise, j’ai développé ma réflexion sur le processus de création en examinant mon rapport au ballet classique. Ce qui me sécurisait et que j’adorais dans cette discipline, c’est le fait d’être complètement pris en charge. Il y a une routine immuable, je dirais même un rituel. Il y a une bonne manière de faire le mouvement et pas une autre. On ne se pose pas de question. On vit en groupe et on danse pour le groupe, pas pour soi.

C’est un peu la même chose dans la représentation des équipages de vaisseaux spatiaux. Il n’y a plus de volonté propre, il y a un esprit de solidarité et la volonté d’exactitude, d’excellence, de dépassement de soi. Il y a aussi le côté être pris en charge, ne pas réfléchir, obéir aveuglément aux volontés du capitaine. Vivre dans un espace clos avec les mêmes gens durant des mois. C’est mon côté totalitaire!

On dit des gens qui ont des penchants sado-masochistes que leur personnalité s’inverse: le patron deviendra soumis dans la chambre à coucher, la personne timide et docile deviendra une maîtresse sadique, etc. Peut-être que ce genre de « fantasme spatial » est un exutoire qui, dans le fond, dissimule une certaine angoisse devant le fait que je prends ma vie en main, j’ai des responsabilités au travail (où on me laisse tout sur le dos car je suis la seule employée!)… Je sais pas! Mais c’était très amusant pour moi de faire ce type de réflexion!

Et oui, je me suis beaucoup divertie durant le Star Trek.

Si j’étais bonne en Photoshop, je vous ferais un petit Spock en tutu! 🙂

Publicités
commentaires
  1. Doctorak dit :

    Je sais pas si c’est comme ça dans le film, mais dans la série originale ils ont en commun avec le balle les costumes moulants + de la place + des rampes. Et étonnamment, c’est précisément ce qui manque aux astronautes de la NASA.

  2. Maman dit :

    Tu me surprendras toujours; ta comparaison n’est pas bête du tout!

    Et Doctorak a un fameux sens de l’observation.

    Comment ça se fait que je n’aie pas pensé à ça avant moi?

  3. Aimée V. dit :

    @ Maman: Faut être un ou une universitaire à lunettes.

    @ Doctorak: On imagine qu’il faut rester souple, pour réussir toutes ces missions… En particulier le capitaine Kirk 😉

  4. […] gens qui se retournent contre les autres ou contre eux-mêmes. Je vous ai aussi déjà parlé de Star Trek, mais eux évacuent complètement la dimension « enfermement », car leur […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s