Ne pas juger un livre à sa couverture…

Publié: 8 juillet 2009 dans Lecture
Tags:,

Dans la série « Essais littéraires québécois des années 90 », je me suis attaquée à L’art d’écrire, de Pierre Tisseyre. Au début, je me suis dit, oh la barbe! Ça va être plate! Ronflant, pompeux, ampoulé, plein de lieux communs… J’avais vraiment pas envie de le lire, et il faut dire que la couverture n’aidait en rien à rendre le livre intéressant. Il est LAID!! Ô grille graphique de la fin du 20e! Ah, c’est plate que je n’ai pas trouvé d’image de la couverture sur le net (mais il y a peut-être une raison…)

En fin de compte, j’ai trouvé ça fort divertissant! Là où chez Noël Audet on s’embarrassait encore de notions théoriques (quelle langue doit-on parler au Québec, comment s’approprier le français… j’ai même lu les mots « syntagme et paradigme »… ouh…), causant parfois des redondances et poussant la lecture en diagonale, chez Pierre Tisseyre il n’y a pas d’autre prétention que de parler techniquement, concrètement du travail d’écrivain. Attention! Il ne s’agit pas de donner des recettes, mais juste des conseils ou des remarques. Un peu comme Audet l’a fait, mais je sais pas… J’ai vraiment juste aimé mieux Tisseyre!

Avec des chapitres découpés en « Préparation », « Construction », « Personnages », ça va droit au but et ça se lit comme un charme! On dirait quelqu’un qui vous parle tout bonnement, avec des anecdotes de lecture, d’écriture, d’édition. Le pratico-pratique ne jure en rien ici avec la recherche d’une forme nouvelle, d’une littérature qui cherche à se renouveler. C’est quelqu’un qui a du métier (plus que moi disons-le!) dans le corps. J’ai lu ça presque d’une traite, en 3 balades de métro. Mais je ne me leurre pas. Je suis peut-être la seule personne qui va trouver ça intéressant!!

Une chose qui m’a bien plu aussi, ce sont les 2 chapitres finaux: « Contrat d’édition » et « Succès ou échec ». Non mais c’est vrai, l’acte d’écrire est si souvent conçu comme une pulsion incontrôlable, un acte créateur dont les retombées concrètes, financières, populaires ou autres, sont censées être d’un intérêt négligeable. Peu importe si mon livre se vendra! Je suis un auteur incompris, etc. Mais il faut pas se le cacher. On aime bien être lu. On veut pas nécessairement être Stephen King, on s’attend pas à vivre de nos recettes mais… il ne faut pas considérer le livre comme un pur esprit non plus. Des fois, il faut informer les gens de leurs droits, des meilleures décisions d’affaires à prendre… J’ai trouvé ça rafraîchissant!

J’aime bien lire de la théorie de temps à autre, spéculer sur la nature profonde de la poésie, etc. Mais là, c’était juste simple et ça fondait sur la langue! Hi hi!

Publicités
commentaires
  1. François dit :

    Vendu. Essayons maintenant de trouver ça.

  2. Aimée V. dit :

    C’est un livre que papa m’a prêté. Tu veux que je te l’envoie??

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s