Cours de conduite

Publié: 15 juillet 2009 dans Édito
Tags:,

J’ai terminé mon 6e cours de conduite aujourd’hui, 6 heures sur douze! 50%! Je commence à être à l’aise, là, ça va bien. Il y a un professeur qui veut m’inviter chez lui pour me faire du couscous, un qui est chrétien et qui me raconte des histoires de la Bible, un qui regarde les filles et les appelle toutes « des belles blondes », et un qui a l’air bête comme ses pieds. Au début, celui-là me stressait vraiment, il me parlait pas à part pour me dire ce que je devais corriger, et soupirait quand je faisais des erreurs. Évidemment, c’est lui que j’ai eu 3 cours sur 6, et les autres, je les ai eus une fois chacun.

Aujourd’hui, il était moins bête, j’ai pas fait beaucoup d’erreurs et il m’a même jasé. En fait, je pense qu’il a l’air bête parce qu’il est gêné, il parle pas français, et anglais avec un accent terrible (il vient du Moyen-Orient). Il sait que l’anglais n’est pas ma langue maternelle, même si je le comprends parfaitement; moi aussi, j’ai un accent, ça fait dur. Il pensait que j’étais italienne.

Les cours de conduite ne sont pas obligatoires, du moins pour l’instant, mais je tenais vraiment à en prendre, premièrement pour avoir toutes les chances de mon côté pour réussir le test. J’ai jamais coulé un examen de ma vie (sauf peut-être en éduc…), mais je ne suis pas très reconnue pour ma grande dextérité et conduire me faisait peur. En plus, je ne connais pas vraiment personne qui aurait pu m’apprendre, la plupart des gens que je connais ayant une voiture vivant à l’extérieur de Montréal, sauf mon père, qui a déjà un horaire chargé entre ses games de baseball et celles de mon frère de 8 ans. Bref.

Je trouvais ça rassurant, l’idée de me balader dans la petite voiture avec le 2e frein et l’écriteau qui dit: « Élève au volant ». Je me disais que ça expliquerait aux autres mes embrouilles et qu’ils seraient plus patients. ERREUR. La patience n’existe plus. La première fois que je me retrouve derrière le volant, la première voiture qui me suit me klaxonne. Au coin de la rue, l’auto se range à nos côtés et mon prof lui dit (c’était le premier, celui qui cuisine): « C’est son premier cours! Elle a jamais conduit! » (Jamais. Même pas dans un rang, un stationnement de centre d’achat ou sur les genoux de mon père. Jamais.) Le gars rigole un peu et me fait un clin d’oeil ou une face du genre « Ah les femmes au volant ».

En plus, la limite de vitesse dans les petites rues à Verdun est de 30 km/h. C’est pas vite, ça. T’as comme l’impression de pas avancer. Alors personne ne les respecte. Sauf moi, évidemment. Alors tout le monde me colle. Mais il y a plus. Sous mon écriteau « Élève au volant », j’affiche le message suivant: je conduis pour rien, je tourne en rond (en plus, mon prof anglophone me fait tourner à chaque coin de rue, continuellement), je n’ai pas de destination, c’est comme une conduite de loisir. Les autres autos, elles, vont quelque part. Alors elles s’enragent contre moi qui suis au milieu de leur chemin. Il faut dire que, comme je travaille, mes cours sont toujours vers 5h ou 6h, alors il y a du trafic. Mais peut-être que je suis parano… 🙂

Publicités
commentaires
  1. Maman dit :

    Tu n’es pas parano, la courtoisie au volant n’existe plus. Même le gouvernement du Québec se sent obligé de faire des pubs sur le sujet!

  2. Aimée V. dit :

    Ah oui, pis maudit qu’elles sont plates, leurs annonces! Ha! Ha!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s