Les 4 raisons pour lesquelles j’adore Ed Wood de Burton

Publié: 21 juillet 2009 dans Cinéma
Tags:, , ,
Johnny Depp incarne le pire réalisateur de tous les temps

Johnny Depp incarne le pire réalisateur de tous les temps

À chaque fois que je regarde ce film, ça me met de bonne humeur. Johnny Depp y est éblouissant de naïveté et d’optimisme. J’ai déjà vu au moins un film d’Ed Wood, le tristement célèbre Plan 9 from outer space (qui a été voté pire film de tous les temps...) Bien entendu, on peut rire aux maladresses de la réalisation, il y en a plusieurs, mais le problème avec les films poches… c’est qu’ils sont vraiment poches et donc très plates!! Pour ma part, je ne vois pas l’intérêt, ça ne me captive pas et m’emmerde plus qu’autre chose. Road House avec Patrick Swayze, ça c’est poche et distrayant!
Burton a tourné Ed Wood en noir et blanc, cadrant et éclairant le film en hommage à l’ « esthétique » du fantasque réalisateur. Même la musique d’Howard Shore est moins sirupeuse et plus amusante. Mais voici mes 4 raisons d’adorer ce film et de le réécouter encore et encore, et ce même si je concède que plusieurs autres films de Burton lui sont peut-être supérieurs :

– Ed s’habille en femme (l’angora est son fétiche). Moi, ça me touche.

– Martin Landau fait un Bela Lugosi fascinant. J’ai lu quelque part qu’un Hongrois d’origine avait dit que c’était le meilleur accent hongrois cinématographique qu’il avait entendu, parce que Landau parlait « comme un Hongrois qui essaie de ne pas avoir d’accent ». Je ne peux pas juger de la précision de cela, mais il est diablement attachant en vieux has-been avec un Leonard Nimoy complex (sur-identification à un personnage!) Landau a d’ailleurs remporté l’oscar du meilleur acteur dans un rôle de soutien pour cette prestation.

– La scène avec Orson Welles (joué par Vincent D’Onofrio). Tout le long du film, Wood claironne que Welles est son mentor, car il écrit, produit, réalise et joue tout comme lui (est-ce que cette admiration est véridique? J’avoue ne pas connaître la biographie et les faits de la vie de Wood; je m’en tiens au scénario). Au cours du tournage de Plan 9, il connaît sa seule crise de découragement et rencontre Welles par hasard dans un bar. Celui-ci l’encourage à poursuivre sa « vision d’artiste ». Ô suprême ironie!!! J’adore, déjà que je suis amoureuse d’Orson.

– Enfin, le sourire rayonnant de Depp/Wood qui adore son travail, ça me requinque à chaque fois. « What? Worse movie you ever saw? Well, my next one will be better! » Moi, je suis complètement séduite! Nous avons tous besoin d’un peu d’Ed Wood dans notre vie!

Mention spéciale à mon amie Léo qui est la première à m’avoir fait découvrir ce film et qui reste, à ce jour, son plus fervent défenseur!

ed-wood-1-1024

Publicités
commentaires
  1. Maman dit :

    Jamais vu ce film, faudrait, je pense!

  2. […] (parce qu’ensuite, on se déplace.) Comme je vous ai déjà parlé longtemps d’Ed Wood, j’ai décidé de le laisser de côté cette […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s