À l’aveuglette

Publié: 24 août 2009 dans Édito, Bouffe
Tags:, ,

Cette fin de semaine, j’ai eu la chance d’avoir un souper surprise organisé pour ma fête (et la fête de 2 autres amies en même temps). Quand on est arrivés près du restaurant, mon chum m’a dit: « Ferme les yeux ». Mais ce n’était pas nécessaire.

Nous avons soupé au restaurant O Noir. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’un restaurant où la salle à manger est plongée dans le noir le plus total et où on fait l’expérience d’être aveugle. Créé à Paris par un aveugle pour donner des emplois à d’autres non-voyants, le resto a maintenant des succursales à Londres, Toronto et Montréal (près du Métro Guy-Concordia).

Lorsqu’on entre dans le restaurant, il y a une salle où on regarde le menu et on choisit tout de suite nos 2 ou 3 services. On a l’option de prendre des plats « surprise » et ainsi de ne pas savoir ni voir ce qu’il y aura dans notre assiette. Il y a des casiers pour laisser nos sacs et autres choses dont on ne veut pas être encombrés dans le noir. On nous recommande aussi de porter des vêtements dont on se soucie peu et que ça ne nous dérange pas de salir.

Puis, le serveur vient nous chercher. On se place tous en file indienne, la main gauche sur l’épaule gauche de notre prédécesseur. Puis, on entre dans la salle.

Même si on s’imagine savoir c’est quoi être dans le noir… on dirait qu’on ne le sait pas tant qu’on ne l’a pas vécu. Même dans une pièce close, même dans la forêt, il y a toujours un rayon de lune, un rai sous une porte, un cadran à affichage numérique… Nos yeux sont toujours capables de s’habituer un peu à l’obscurité, de reconnaître des ombres… Mais dans la salle du restaurant, on ne voit même pas nos mains ni le bout de notre nez. Mes lunettes ont commencé à me peser dans le visage, vu qu’elles ne servaient à rien. J’ai été instantanément mal à l’aise. Avant même d’être assise, je me demandais si j’allais être capable de passer à travers tout le souper.

Finalement, une fois assis, alors que l’on peut toucher la table, les ustensiles, qu’on ne bouge pas, c’était moins pire. On a fait un tour de table pour situer chaque personne. Mon copain et moi, on se tenait toujours la main, la cuisse (d’ailleurs, on aurait pu faire vraiment n’importe quoi, dans le noir… tant qu’on n’est pas dans le chemin des serveurs!!) Ce qui était très étrange, c’est qu’on dirait que l’ouïe, que j’aurais cru être plus développée ainsi dans le noir, était au contraire moins fiable. On manquait de repères. Je devais me pencher même pour écouter mes voisins de table. On parlait un à la fois, pour être sûre de ne rien perdre de la conversation.

Il faut dire, et c’est ce qui a rendu l’expérience à la limite du désagréable, que l’obscurité semble porter certaines personnes à parler très fort. C’était donc extrêmement bruyant dans la salle. Je ne sais pas si c’est toujours comme ça, ou si c’est parce que nous sommes tombés un soir où il y avait beaucoup de groupes. Et encore plus énervant, la table derrière nous n’arrêtait pas de faire: « Chut! Chuuuuut! ». Exaspérant.

Il s’agit d’une expérience unique en son genre. Il faut vraiment la tenter pour savoir à quoi s’en tenir. Maintenant, est-ce que j’y retournerais… je ne sais pas. Je vous recommanderais d’y aller en très petit groupe ou à deux, puisque vous ne pourrez probablement communiquer qu’avec les personnes les plus proches de vous. Aussi, peut-être y aller plutôt en semaine… quand il y a moins de chances d’y avoir de gros groupes bruyants…

Ah oui! La bouffe était très bonne! 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s