Le Voyage, en 2 parties

Publié: 23 octobre 2009 dans Création, Poésie
Tags:

Parce que je suis trop souvent absente, malgré moi, pour me faire pardonner, je partage ce dont il m’est le plus difficile de me départir: mes brouillons.

1-

Je ne suis jamais partie très longtemps. Je pense à ton ombre sur les draps. Ta peau plus pâle que la mienne. J’ai toujours cru que je tirais ma force de l’extérieur, je cherchais où m’établir, de qui m’entourer. Mais les pièces étaient vides avant que j’y pose les pieds.

2-

Peu importe où nous allons, tu es au volant et je m’empêche de fermer les yeux pour être aussi fatiguée que toi. Nous parlons peu sur la route, je fredonne les quelques chansons que nous aimons tous les deux mais que tu ne supportes plus. C’est en mouvement que nous sommes le plus éloignés. Une fois arrivés, nous trions nos effets entassés dans une seule valise. Nos mains se touchent. Je suis toujours la première à rire.

Publicités
commentaires
  1. Groopie dit :

    très beaux, ces brouillons!!

  2. Aimée V. dit :

    Oh, merci, ça me fait plaisir de lire ça! 🙂 Ça m’encourage!

  3. Maman dit :

    Si ça c’est des brouillons… signé: une mère tout de même très impartiale! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s