Kaamelifornication

Publié: 5 janvier 2010 dans C'est la faute des hommes, TV
Tags:, , , ,

Je me suis fait harceler pendant des mois pour regarder la première saison de Californication. Tout le monde disait que c’était génial. Moi, David Duchovny, il me laissait un peu froide, à vrai dire, je n’avais pas vu grand-chose de lui, mais bon, après que tout le monde s’y soit mis, je me suis dit que ça devait valoir le coup et je me suis lancée avec mon copain qui était vraiment content et avait encore plus hâte que moi. On a passé à travers la première saison très vite, les épisodes ne durent que 22 minutes (une demi-heure sans les annonces!). Je dois admettre que c’était bien divertissant, il y a beaucoup de dialogues vraiment drôles et incisifs, et pour une fois, on a le personnage d’un enfant un peu trop mature pour son âge qui ne paraît pas forcé et qui est crédible. Sauf que lorsque j’ai regardé le dernier épisode et qu’on nous a collé un happy ending de la mort, je me suis dit qu’un petit retour appréciatif s’imposait.

Premièrement, Californication a voulu s’imposer comme la nouvelle série qui n’avait pas peur de bousculer les conventions. Mais il ne suffit pas de mettre des scènes de sexe pseudo-explicites pour montrer qu’on n’a pas froid aux yeux. En fait, la supposée libération sexuelle présentée dans l’émission ne fait que défendre la position judéo-chrétienne du mariage et les valeurs américaines: Hank, le personnage principal, baise tout ce qui bouge (de sexe féminin, on s’entend), mais c’est seulement parce que la femme de sa vie l’a quitté. Et que ça l’a détruit. Sinon, il ne ferait jamais ça. Non non. Même chose pour le personnage de l’agent, Charlie, qui voit sa vie sexuelle d’homme marié s’embourber et qui se laisse aller à une relation sadomaso avec son assistante punk. Il ne lui faut pas plus qu’une tentative ratée de « trip à trois » avec sa femme et ladite assistante (expérience baptisée de manière hilarante « Nipplegate ») pour qu’il redécouvre que la monogamie, c’est bien meilleur. Enfin, la femme de Charlie le dit elle-même en ce qui a trait au sexe anal: si tu lui offres ton cul, il n’en voudra pas. Il veut juste savoir qu’il peut l’avoir.

Donc, l’idéal ici c’est de vivre marié une passion hétérosexuelle dans la position du missionnaire. Mais Hank ne pouvant atteindre cet idéal, il a plein de sexe avec plein d’étrangères. Super pour lui. Sauf que, bizarrement, c’est jamais lui qui cruise. Ce sont toujours les femmes qui lui tombent dessus. En tout cas, je le trouve assez chanceux… Et encore, Hank de même que Charlie se font gaiement manipuler par deux nymphettes de moins de vingt ans, soit la fille de son rival pour Hank, Mia, qui a 16 ans et qui lui pique son nouveau roman, et l’assistante de Charlie, Dani, qui s’impose en tant qu’agente associée. Comment réussissent-elles à dominer ainsi des hommes dans la force de l’âge? Mais en les menaçant de poursuites pour harcèlement sexuel! J’adore cette vision réaliste des relations homme-femme.

Enfin, J’EN PEUX PU du personnage de romancier génial, qui a fait un ou deux romans, mais des oeuvres monumentales, et qui ne peuvent plus écrire. Fini. Kaput. Pauvre ti’pit! Si tu veux écrire, assis-toi à une table et tu sais ce que tu as à faire. En plus, on a assez vu de personnages d’hommes immatures, qui ne veulent pas grandir et qui sont supposément rebelles parce qu’ils vivent comme des ados attardés. L’antipathique est le nouveau sympathique, comme nous le prouve le Dr. House dans un autre registre. Enfin.

La morale de cette histoire: je veux bien donner une chance à la deuxième saison. Malgré tous ces petits défauts, Californication n’est pas mauvais. Mais ce n’est pas l’événement télévisuel de la décennie non plus. La barre est rendue haute en télévision, les boys. Faudrait vous forcer un peu plus…

***

Parallèlement à tout cela, je me suis aussi tapé la 6e saison de Kaamelott. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec cette série française, plusieurs capsules sont en ligne sur le site d’Historia. Elle met en scène le roi Arthur et les chevaliers de la table ronde, mais il n’y a que le roi qui semble sain d’esprit. Ses acolytes sont tous plus débiles les uns que les autres, même Lancelot, qui dévoile peu à peu un trouble de la personnalité narcissique doublé d’une tendance sociopathe… Bref, c’est hilarant. Les 4 premières saisons sont constituées de 100 capsules d’environ 3 minutes et sont des bijoux de comédie débridée, souvent basée sur le langage. Avec le succès grandissant de la série, une trame de fond s’est peu à peu constituée, dans les saisons 3 et surtout 4, liant les capsules auparavant indépendantes dans une narration. La saison 5 comporte plutôt des émissions d’une quinzaine de minutes, et le ton a changé. Tout en gardant son lot de blagues et la personnalité des personnages, l’ensemble est beaucoup plus dramatique, mettant le roi aux prises avec de la trahison, de l’infidélité et des remords de conscience. Le tout s’assombrit jusqu’à une finale pour le moins tragique qui laisse bien des choses en suspens.

La saison 6 prend un nouveau format. Il s’agit de 9 épisodes de 45 minutes et, surprise! elle se déroule dans la jeunesse d’Arthur à Rome. Le premier épisode m’a laissée assez perplexe. Évidemment, avec une modification de formule si particulière, la touche de l’émission avait radicalement changé. Le format plus long laissait entrevoir des lacunes sur le plan de la réalisation et de la musique (aouch). En plus, on semblait avoir de la difficulté à transposer la légèreté du propos dans une histoire plus développée. Le seul personnage qui tirait son épingle du jeu dans le premier épisode était selon moi l’aide de camp du général basé en Bretagne (désolée, je m’y retrouve pas avec les noms romains… En tout cas, le général est interprété par Tcheky Karyo et moi, je parle de son aide de camp!) Mais j’ai bien aimé l’ensemble de la saison. Le ton s’allège dès le deuxième épisode et il est très intéressant de découvrir comment Arthur se retrouve à la tête de la Bretagne, comment il trafique avec les Romains, et surtout, de voir se rassembler les chevaliers « jeunes », tous coiffés de perruques débiles (Bohort… ouh lala!)!

Et… surprise! Je ne savais pas, mais le 9e et dernier épisode effectue en fait un retour « dans le présent » et conclut la saison 5. En fait, cet épisode ne sert que de lien pour nous préparer au film (ou à la trilogie de films, je ne suis pas sûre), qui est en production et qui est promis à un beau succès. Ma seule crainte, c’est que l’équipe commence à prendre tout cela au sérieux et nous serve un long métrage de cape et d’épée de manière à se donner le beau rôle. Des films d’aventure et de combat, il y en a à la pelletée. Il faut que Kaamelott se souvienne de ce qui a fait son originalité et qui a plu au public: son humour rafraîchissant et son je-m’en-foutisme qui nous prouvait qu’on pouvait faire de la bonne télé avec rien (et pas juste avec des femmes nues. Les auteurs de Californication gagneraient peut-être à s’y coller).

Publicités
commentaires
  1. Miss Klektik dit :

    Je suis une fan de Californication, mais des fesses de Duchovny aussi. Je crois bien que tu aimeras la deuxième saison, mais la troisième prend une drôle de direction. Le comeback de Kathleen Turner dans la 3e saison m’a étrangement et agréablement traumatisée. Je ne suis plus innocente.

  2. Maman dit :

    La blogueuse m’oblige à demander pardon pour l’avoir traitée de paresseuse…

  3. Aimée V. dit :

    Hi hi, merci pour cette intervention. Je suis pleine d’espoir, si j’ai pas abandonné encore, c’est que j’y crois! Mais je m’attends au pire pour la troisième avec ce commentaire… 😉

  4. Maman dit :

    Je viens d’aller consulter le site de Kaamelott et je me rends compte que je n’ai même pas vu tout le Livre IV et encore moins le reste… j’ai bien du retard à rattraper. Si tu as des DVD à me prêter l’été prochain, je suis preneuse!

  5. Aimée V. dit :

    Bien, pour l’instant, on n’a que les 2 premiers livres en DVD au Québec… Mais je pourrais te les prêter pour regarder sur l’ordi. S’ils sortent d’ici là, j’achète les DVD, de toute façon, c’est sûr!

  6. Doctorak dit :

    Moi non plus je suis pas du tout convaincu du virage dramatique d’Alexandre Astier. J’ai trouvé franchement mauvaise la deuxième moitié du livre V, mais j’ai quand même bien aimé le livre VI. Mais on dirait qu’il est à sec en humour, il n’y avait à peu près que du repiquage de vieux gags. Mais peut-on en vouloir à un scénariste d’arriver à plat après comme à peu près 450 épisodes excellents?

  7. Aimée V. dit :

    Je ne pourrai jamais en vouloir à Alexandre Astier. JAMAIS. Il ressemble trop à mon frère. 😉 Mais j’attends vraiment de voir les films… S’il n’arrive pas à me faire embarquer, je vais considérer que j’ai décroché après le livre IV. S’il voulait jouer les héros, il aurait dû se partir un autre projet avec d’autres personnages… En tout cas, je reste sceptique mais pleine d’espoir!! Question: c’est pas un peu poche qu’il ait trouvé une « justification » pour n’avoir jamais couché avec Guenièvre?

  8. Doctorak dit :

    Mets-en qu’elle est poche sa justification. Ç’avait l’air d’une malédiction des dieux, et puis ça tourne court. Comme l’histoire de la Dame du lac dans le livre VI, c’est sans suite, il aurait peut-être dû enlever ça. Et que dire du retournement d’Arthur contre les Romains, ça sort un peu de nulle part et c’est plutôt anticlimax comme finale alors que je trouvais que l’histoire à Rome se tenait assez bien. Alors oui, moi aussi j’attends les films.

  9. Aimée V. dit :

    Ah, pour Rome, moi, je croyais que comme il s’était fait manipuler comme un pantin, il avait décidé de se retourner contre eux… C’est vrai que sa « poussée » nationaliste est assez soudaine. En fait, je pense que la série VI aurait gagné à être développée, car le premier épisode, il n’y avait pas de mise en contexte, j’étais larguée, et ça se clôt rapidement… Et la dame du Lac, je n’y avais pas réfléchi, c’est vrai que ça aurait été une piste intéressante à explorer. Bon, on se met à deux pour écrire les scénarios des films?? :p

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s