Girls

Publié: 16 août 2012 dans TV
Tags:,

Après avoir vu Tiny Furniture, j’ai retrouvé Lena Dunham dans Girls comme si c’était une vieille amie. Bien qu’elle en soit relativement à ses premières armes au cinéma et à la télévision, elle a un style, ou serait-ce plutôt un ton, bien à elle, qui la rend reconnaissable et qui lui permet de se distinguer des émissions plus « formatées » auxquelles on a la plupart du temps affaire. On a toujours droit à la même mise en scène dépouillée, droit au but, que dans le film. Aux mêmes antihéros. Au même traitement des corps nus, féminins et masculins, traitement à la fois naturel et à la limite choquant parce que naturel, et qu’on n’est plus habitué à ça. Bye bye, chirurgie et Photoshop. Hello, real people. Je ne sais pas si c’est un « statement », mais on s’en fout. Parce que ce n’est pas mis de l’avant. Et je suis tannée que tout ce qui déroge un tant soit peu du mainstream doive être un statement. On le fait parce qu’on y croit, on n’est pas là pour évangéliser personne. Bref, si j’avais quelques réserves quant à l’aboutissement du premier long métrage de Lena, je dois dire que je suis complètement convaincue par Girls. Je suis une fan.

Difficile de dire précisément pourquoi cette émission est excellente. Ses personnages sont intéressants. So what? On a tout de même quatre personnages féminins qui frôlent l’archétype: la bohême courailleuse, la vierge un peu stuck-up, la go-getter parfaite assez rigide, et celle qui les rassemble, l’écrivaine un peu perdue aux prises avec une relation romantico-sexuelle compliquée qu’elle est incapable d’interrompre. Rings any bell? Les dialogues sont spirituels. Mais on peut en dire autant de pratiquement toutes les émissions américaines maintenant. Leurs scénaristes ont le sens de la réplique « qui tue » développé à la puissance 11. Quand on est dans un show dramatique, un zinger n’attend pas l’autre, le but étant de montrer à quel point les personnages sont badass et indomptables (looking at you, Walter White); dans les sitcoms, on goûte à un feu roulant de répliques assassines, c’en est devenu une science, à tel point qu’on peut pratiquement deviner la teneur du dialogue dès le départ (How I Met Your Mother et The Big Bang Theory sont des exemples de sitcoms où ce type de formule est joyeusement exploité, avec succès la plupart du temps). Il est donc rafraîchissant de voir des sitcoms qui reprennent la formule, soit pour s’en approprier les codes dans le but de les détourner et d’en faire une satire (30 Rock), ou alors de se les approprier en se disant: « On va faire quelque chose de bon, d’intéressant, de drôle, mais on va le faire comme on veut, on va en prendre et en laisser », et c’est exactement ce à quoi on a droit avec Girls. Des personnages archétypaux oui, mais pas unidimensionnels. Des dialogues spirituels oui, mais qui ne sacrifient rien au développement de l’intrigue et à la psychologie des protagonistes. C’est juste damn le fun.

Je crois que ce fameux style/ton dunhamien tient beaucoup au réalisme de l’ensemble. Mais un réalisme qui n’est pas appuyé, qui ne se montre pas. La tendance actuelle en fait de réalisme est de dire que tous les personnages dignes de ce nom sont des criminels et à puiser dans une sorte d’ « hyperréalisme » tiré de l’esthétique documentaire, supposément plus trash et directe, avec ses multiples mouvements de caméra, son montage saccadé, etc. Je préfère la « transparence » du langage cinématographique/télévisuel classique, au montage invisible, qui s’efface pour laisser la place au récit. C’est ce dernier qui se voit investi par l’effort de réalisme, se dépouillant des effets et des développements manichéens hollywoodiens (faute d’un meilleur terme).

Ma seule interrogation: pourquoi faut-il que toutes les émissions mettant en vedette des femmes l’affichent dans leurs titres? Girls, New Girl, Two Broke Girls… Comme si le fait que les personnages soient féminins signifiait qu’il serait question de thèmes « féminins ». Comme si tout ce qu’on fait n’était pas lié, inextricablement.

Ça me donne le goût de revisiter Tiny Furniture. Eh oui, déjà.

Publicités
commentaires
  1. […] J’ai adoré la première saison de Girls. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s