Things the Grandchildren Should Know

Publié: 10 janvier 2013 dans Lecture, Musique
Tags:, ,

Il y a des choses qui, parfois, semblent tomber juste au bon moment. Me passionnant pour le groupe rock Eels, et plus particulièrement pour son frontman, Mark Oliver Everett, qui en compose toutes les chansons, je découvre que celui-ci a écrit une «autobiographie». Pourquoi les guillemets? Pour essayer de faire moins pompeux. Car quoi de plus suffisant en effet que d’écrire ses mémoires en prétendant en faire bénéficier autrui? C’est tout juste si Mr. E ne s’excuse pas, dès les premières pages, de sembler s’accorder autant d’importance.

Mais c’est qu’il a eu une vie hors du commun, notamment sur le plan familial. Son père était un génie «postume», si je peux m’exprimer ainsi (c’est-à-dire que ses théories auraient été réellement prises en considération seulement après son décès. Hugh Everett a pratiquement inventé le concept de Multivers). E a retrouvé son corps sans vie un bon matin; quelques années plus tard sa soeur, souffrant d’une maladie mentale, s’est suicidée juste au moment où le premier album de Eels sortait. Puis, il a dû s’occuper de sa mère en fin de vie, laquelle est morte sous ses yeux. Mais n’allez pas croire que le livre est déprimant; au travers de ces histoires plus tragiques se faufilent des anecdotes douces-amères, toujours narrées avec autodérision par une plume dont la fluidité ne se dément pas. Everett est pratiquement aussi à l’aise pour déployer un récit qu’il l’est pour composer des textes (juste un peu moins qu’il ne l’est pour composer des mélodies).

Bon OK, je l’admets: je l’adore, je suis une fan FINIE et ce compte rendu n’est pas du tout objectif. En plus, dès que je me suis retrouvée avec le livre entre les mains, c’était comme si un puzzle s’assemblait. Comme si on me montrait ce que moi, j’aurais voulu exprimer. La maladresse qui affleure dans nos premiers textes (dans son cas, premières chansons/pièces musicales). Le questionnement sur nos valeurs de créateurs, qui m’a poursuivie tout le long des changements que j’apportais quand j’écrivais mon roman jeunesse, le «vieillissant» et le «rajeunissant» à qui mieux mieux, me voyant obligée de couper des scènes entières, d’éliminer des mots et de modifier mon ton général pour cadrer avec le public cible. De son côté, E raconte bien quelques concessions qu’il a faites en cours de route, mais il n’a pas hésité à quitter son producteur avec un de ses albums sous le bras quand celui-ci a refusé le projet. Il a été qualifié d’artiste «difficile», et plusieurs pensent qu’il a compromis sa carrière par ses décisions. Il a délibérément choisi une voie moins commerciale et, au moment où il a rédigé son livre, il ne s’en portait pas plus mal (ce doit toujours être le cas, d’ailleurs).

Il relate en détail l’avènement des albums qu’il a lancés depuis le début de sa carrière. Difficile de rester de glace lorsqu’il s’attarde sur Electro-shock blues, qui se veut un hommage à sa soeur. J’ai été d’autant plus touchée que mon prochain recueil traitera en grande partie de la mort, du mort en fait, celui qu’on trouve et ne retrouve pas au salon funéraire; du rituel de la mort. J’ai pleuré quand il a décrit les derniers instants de sa mère. Ça ressemblait parfaitement à ceux de ma grand-mère, qui est morte devant mes yeux. Peut-être qu’on meurt tous de la même façon. Ma grand-mètre travaillait dans des salons funéraires. Je pense que son départ n’est pas du tout étranger à mon projet.

Et c’est donc pour toutes ces raisons fortement subjectives que les pages ont filé devant mes yeux, que je me suis mise à écouter du Eels encore plus souvent, que j’ai trépigné en apprenant qu’un nouvel album arrivait en février (malgré le fait que je venais de me faire une entorse sévère), que j’ai bondi encore plus quand j’ai su qu’ils venaient à Montréal le 26 février (j’ai déjà mon billet!!) et que je m’apprête à regarder Parallel Worlds, Parallel Lives, un documentaire sur Hugh Everett et ses théories (il faut admettre que ce dernier promet d’être aussi fascinant que son fils, bien que de manière complètement différente). Si vous aimez le band, lisez le livre; mais si vous ne connaissez pas, initiez-vous, car la lecture sera assurément moins jouissive si les chansons dont il est question ne vous sont pas familières.

Publicités
commentaires
  1. S. dit :

    Si vous êtes peu objective, sachez que je ne le serai pas plus que vous… Donc, quoi dire, à part: je suis entièrement d’accord avec vous (même si mon billet est pour Fribourg (en Suisse) et que si j’ai aussi sauté de ma chaise, c’était sans aucun risque, mes chevilles étant (plus ou moins) en état de marche…

    Par contre, j’avais ajouté à la biographie de Hugh Everett III sur Wikipedia l’ « anecdote* qu’il est le père de E, mais celle-ci a été enlevée très rapidement, je ne sais pourquoi…

    Et comme je vous l’avais déjà dit ailleurs, j’ai lu lu ce livre lorsque j’habitais à quelques kilomètres du lieu de son enfance 😀

  2. Aimée V. dit :

    Je suis allée sur Wikipedia lire la biographie de Hugh Everett, et j’ai été surprise qu’on ne mentionne pas, ne serait-ce qu’anecdotiquement, son fils, alors que c’est le cas en anglais. Parfois, les manitous de Wikipédias sont un peu trop zélés… Enfin.

    Moi je ne connais pas du tout ce coin des États-Unis; même si je suis à Montréal, je n’ai visité que des endroits très éloignés de chez moi! 😉

  3. S. dit :

    Apparemment, les choses ont un peu changé. Je viens de voir une toute petite ligne dans le wiki francophone: « En 1982, son fils Mark (futur membre du groupe Eels), le trouve mort d’une crise cardiaque. »

    Et c’est souvent comme ça, on connait mieux le lointain que le proche… (Dis comme ça, pourtant, ça sonne faux!)

  4. Komtois dit :

    En tout cas. J’ai mon Billet !!!!!

  5. Aimée V. dit :

    Yesss! Et moi donc!

  6. Komtois dit :

    iiiiiiiiiiiiiiiiih, c’est énervant!!!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s