Archives de la catégorie ‘BD’

Je suis loin d’être une experte en BD, quand j’étais petite je trouvais Gotlib plus drôle, mais en vieillissant j’ai redécouvert Fred et son fameux crédo « Le fond de l’air est frais. » Fred a entre autres dessiné la série des Philémon, où on découvre que les lettres du mot « A-T-L-A-N-T-I-Q-U-E » sont en fait des îles en plein milieu de l’océan, où évoluent des créatures bizarres… Si vous pouvez mettre la main sur ces albums, ou sur le best-of intitulé Fredissimo, paru chez Dargaud, qui compile des planches qui ne font pas partie des Philémon, gâtez-vous. Je crois que la poésie est présente dans cette oeuvre, pas tant dans les phylactères que dans les structures narratives et les dessins aux traits grossiers. Car Fred n’a pas peur de sortir des cases.

Publicités

Tout est poésie…

Publié: 11 juin 2010 dans BD, Humour, Poésie

Sérieusement, je ne sais pas d’où ça vient, j’ai essayé de voir autre chose sur le même site, mais ça ne marche pas pour l’instant. En tout cas, ça me fait bien rire!!!

(Oui, Valérie, je l’ai volé sur ton wall!)

MAJ: Grâce à M. Gregor, un être énigmatique et réversible, nous savons maintenant que la bonne adresse pour voir d’autres petits comics du même genre est la suivante: http://www.smbc-comics.com/#comic.

Le héros

Ah! Jeunauteur! Je ne sais pas si j’aurais autant apprécié cette bande dessinée si je ne m’y étais pas reconnue à chaque page… J’aurais aimé vous en scanner une planche, mais bon, je n’ai pas de scanner (et si j’en avais un, je pourrais m’adonner à un usage aussi fantaisiste que celui de Mathieu Arsenault).

En fait, Jeunauteur montre les écrivains à l’état sauvage: dépendant de la caféine (dans mon cas, sous la forme d’une boisson à bulles), passant plus de temps à jouer au solitaire ou à des first-person shooters que sur leur manuscrit… Faisant rire d’eux par leur douce moitié… De quoi planter un dernier clou dans la statut du Grand Écrivain inspiré et nous démasquer pour ce que nous sommes: des losers à lunettes (à moins d’avoir des pouvoirs surnaturels comme la comtesse de Lautréamont), qui ne manquent pas d’une certaine « nerdeté ». Tout cela en noir et blanc, dans le plus grand dépouillement de mots et d’actions. Ah! Maudit que j’aimerais ça savoir dessiner et faire de la BD.