Archives de la catégorie ‘Ce qui a brûlé’

Bilan du Salon du livre: après m’être bien gelé le cul au stand du Quartanier en l’excellente compagnie de Sophie Bouchard et de Simon-Philippe Turcot de La Peuplade, et de Mylène Durand et de Patrick Lafontaine du Noroît – il paraît que nos stands étaient situés dans le seul endroit de tout le Salon où il faisait froid -, j’ai manqué mon rendez-vous avec Mélodie Nelson, mais j’avais son chat en otage, puis j’ai eu un bisou de Roger Des Roches et plein de câlins de David Leblanc avant de me faire inexplicablement lancer des chips par un poète qui sera vraisemblablement en nomination pour le prochain Nelligan (c’est quasiment jet-set, mon affaire). Mais le clou de la semaine a véritablement été lorsque je me suis aperçue que je n’avais pas emmené de stylo pour ma séance de dédicaces. Appelez ça un acte manqué si vous le voulez; heureusement que ma maman était là pour me tirer d’affaire.

J’ai aussi dû me précipiter au kiosque de la SODEP, où j’ai été accueillie par une Catherine Cormier-Larose en émoi, pour acheter le dernier magazine Entre les lignes, dans lequel avait paru une critique de mon recueil, m’avait-on informée. Et là, c’est pas parce que je veux encore péter de la broue, mais j’en suis bien obligée, j’ai constaté qu’on m’avait accordé cinq lunettes et que, dans cette édition, j’étais la seule à avoir cet honneur… Boum-chik-a-boum.

Cliquez sur l'image pour agrandir et admirer ce chef-d'oeuvre que je vous ai concocté dans Aperçu

 

Pour vous donner envie de venir entendre la lecture de ce soir (voir article ici bas), pour vous donner envie de vous procurer mon livre, pour vous donner envie d’assister à mon lancement que j’annoncerai bientôt plus en détail, voici une chouette critique de mon recueil parue dans Le Libraire, le magazine des librairies indépendantes du Québec. J’aime particulièrement le bout où l’auteur, Simon-Pierre Beaudet (j’ai coupé son nom avec ma capture d’écran!), parle de mon blog, parce qu’il est vraiment venu faire un tour et que je suis toujours surprise quand des gens que je ne connais pas s’aventurent ici. 🙂

Le libraire, no 61, p. 23

Cliquez pour agrandir.

Pour downloader le magazine en entier: http://www.lelibraire.org/apropos.asp#tele

J’en ai parlé, j’en ai parlé, et peut-être que vous commenciez à ne plus y croire, mais… c’est aujourd’hui que mon recueil de poèmes, Ce qui a brûlé, se retrouve en librairie! Alors je vous invite fortement à aller le zieuter et, évidemment, à l’acheter. Mais pas à le lire. 🙂

Bien oui, je suis contente que mon livre sorte, mais je suis super stressée et j’ai peur. Peur parce que ça fait longtemps que j’ai écrit ça, et on change si vite. Peur parce que je suis une fille d’être étiquetée « littérature féminine ». Peur qu’on me trouve quétaine.

Je sais que je réinvente pas la roue (de toute façon, après Baudelaire, pfff à quoi bon écrire de la poésie, me rappelait un lecteur récemment), mais j’espère qu’il y aura au moins un texte qui trouvera une petite résonance chez vous. Alors si vous m’en parlez, faites attention. C’est ma première fois.

ps. Je ne sais pas encore la date du lancement, mais vous avez le droit d’acheter le livre avant et de venir me donner un bisou ce jour-là quand même. 😉

MAJ: On m’informe que le lancement aura lieu le mercredi 6 octobre au Pub Quartier latin dès 17h30. Venez en grand nombre!